association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesOMS-AIEA
Dernière mise à jour :
dimanche 15 avril 2018
Statistiques éditoriales :
445 Articles
3 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1054 aujourd'hui
1717 hier
1252133 depuis le début
   
Articles par thèmes :
OMS - AIEA
Journal par No :
No 60, septembre 2001
Auteurs :
Anne-Cécile Reimann Philippe Gobet Paul Bonny
No 60, décembre 2001
Publié le samedi 29 septembre 2007

La correspondance entre Ruth Dreifuss et ContrAtom révèle l’irradiation mentale de ses collaborateurs…

Il est parmi les militants de Contratom des utopistes (et heureusement, sans cela ces personnes passeraient leur mercredi soir devant la télé et non aux réunions de Contratom, en ce qui me concerne je n’ai pas la tv, donc je vais à la réunion) qui pensent que l’Etat, et ses plus hauts représentants (quoique je ne connaisse pas la taille de Ruth Dreifuss) devraient faire…leur travail concernant l’information et la protection de la population contre les dangers nucléaires.

En effet, si l’armée dépense des sommes considérables pour nous protéger contre des ennemis armés jusqu’aux dents mais assez largement imaginaires dans le contexte européen, que fait-elle pour nous protéger contre des ennemis pas du tout imaginaires et fort bien armés : les radiations, les OGM, la pollution de l’air, etc ? Bref, Contratom n’a pas hésité à écrire à Mme Ruth elle- même (la conseillère fédérale en charge du département de la santé, pas le Dr Ruth) le 7 mai dernier pour lui énoncer quelques vérités sur les conséquences de Tchernobyl et l’inactivité de l’OMS dans ce domaine depuis 15 ans… En tant que lecteur assidu de notre journal (pourquoi, vous n’avez pas la tv ?) vous savez tout sur Tchernobyl suite à l’article paru dans notre dernier numéro (le n° 59 ). Inutile donc de vous rappeler l’état de la population dans les régions biélorusses ou ukrainiennes.

En France

Notre lettre évoque également les pathologies constatées en France :

« Selon le ministère de la santé, on observe depuis Tchernobyl une augmentation de 9% des cancers de la thyroïde. Les assurances maladies annoncent 11% d’augmentation.

L’OPRI (office de protection contre les radiations ionisantes) reconnaît que cette pathologie a doublé, alors que le Dr Guillet, spécialiste en médecine nucléaire, constate, lui, qu’elle a triplé.60 personnes malades de la thyroïde ont déposé plainte récemment contre les autorités françaises qui n’ont pas imposé des mesures de protection en avril et mai 1986, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes. »

Et en Suisse ?

Puis la lettre de Contratom demande ce qu’il en est de la situation en Suisse et évoque les liens sordides unissant l’OMS à l’AIEA qui expliquent l’inactivité de l’OMS (voir les dossiers dans nos numéros précédents).

Etonnamment, Mme Dreifuss ne s’est pas déplacée de son domicile officiel des Pâquis jusqu’au fort proche local de Contratom à Montbrillant pour venir s’excuser d’avoir si mal assumé son rôle de « ministre de la santé » (comme dirait M. Couchepin). Et même pire elle n’a vraisemblablement pas pris la peine de lire vraiment notre lettre, délégant à ses sbires, en date du 19 juin, la rédaction d’une réponse qui sent bon le « circulez, y’a rien à voir » et le « tout le monde il est irradié, tout le monde il est gentil ».

Mme Ruth n’est pas si bête...

Or nous avons de bonnes raisons de penser que Ruth a une position personnelle beaucoup plus raisonnée sur le sujet. La réponse des services de Mme Ruth reprend l’argument traditionnel sur la radioactivité naturelle en Suisse à côté de laquelle les conséquences de Tchernobyl ne seraient que pipi de minet (1) et déplore notre méfiance vis-à-vis de l’OMS « qui a un souci d’indépendance » (on croit rêver !). Devant une telle mauvaise foi, Contratom a repris sa plus belle plume pour s’adresser à nouveau à Mme Ruth.

Vous trouverez ci-dessous la nouvelle missive que nous envoyons à Mme la conseillère fédérale (par des liens détournés afin d’éviter ses sbires) et qui nous vaudra, nous l’espérons, un engagement clair et dynamique pour de nouvelles études sanitaires sur les conséquences de Tchernobyl en Suisse.

Philippe Gobet

Annexe : deuxième lettre à Mme Ruth Dreifuss

1) alors qu’on sait depuis longtemps que les radioactivités naturelle et artificielle ne s’opposent pas mais se rajoutent, et que les faibles doses ont à long terme une grande influence sur la santé.


La réponse de ContrAtom à Mme Ruth Dreifuss

Madame Ruth Dreifuss

Cheffe du Département fédéral de l’Intérieur Palais fédéral 3003 BERNE

Genève, le 6 septembre 2001

Madame la Conseillère fédérale,

Permettez-nous de vous dire l’amère déception que votre lettre du 19 juin 2001 a causée parmi nos membres. Son contenu, inconsistant, est largement dépassé, comme le sont ses annexes, notamment la brochure officielle helvétique datée de décembre 1995 et intitulée « 10 ans après Tchernobyl : une contribution suisse ». Le fait de continuer à diffuser une brochure ainsi intitulée, et ce plus de quinze ans après l’accident, est en soi déjà inacceptable. Il laisse entendre que le bilan de Tchernobyl a pu être fait après dix ans et que l’épisode est clos !

Or précisément la caractéristique d’une catastrophe nucléaire comme celle de Tchernobyl (contrairement à d’autres accidents, même de grande ampleur) est que ces effets se déploient dans la durée et que de fait Tchernobyl, quant à ses conséquences délétères sur l’homme et l’environnement, est une catastrophe qui continue...

L’introduction de la brochure elle-même confirme que notre interprétation de ce titre n’est pas un mauvais procès. Elle indique que « Nombre de détails sur le déroulement et les effets de l’accident ne sont pas encore connus aujourd’hui » et qu’il faudra faire un bilan au cours des prochaines décennies. Ainsi ce qu’il reste à connaître, notamment les effets sanitaires à long et très long terme, sont d’autorité ravalés au rang de « détail ». C’est là un parti pris inadmissible notamment à un moment où des scientifiques courageux et critiques comme le professeur Y.I. Bandazhesky en Biélorussie, payent de leur liberté leurs travaux scientifiques sur ce sujet.

Vous nous avez également annexé cette déclaration de pure forme faite par l’OMS le 23 février 2001, quelques jours après notre manifestation sur la Place des Nations à Genève en exprimant votre « regret » face à notre perception de cette organisation. En revanche, l’absence de toute allusion à votre judicieuse démarche relative à l’accord OMS-AIEA, lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai dernier nous a fort surpris et nous incite à penser que cet échange de correspondance vous aura vraisemblablement échappé, et qu’il émane plutôt de votre entourage, raison pour laquelle nous vous en adressons la copie intégrale en annexe.

C’est également ce qui justifie les quelques précautions prises pour assurer l’acheminement de la présente lettre qui, nous voulons l’espérer, sera honorée d’une réponse reflétant réellement vos sentiments à l’égard d’un problème dont l’importance ne peut vous avoir échappé.

D’avance, nous vous en remercions sincèrement.

Entre-temps, nous vous prions de croire, Madame la Conseillère fédérale, à l’assurance de notre haute considération.

Pour ContrAtom : Anne-Cécile Reimann, Présidente Paul Bonny, Membre

Annexes :

  • Copie de notre lettre du 7 mai 2001
  • Copie de votre lette du 19 juin 2001
 
Articles de cette rubrique
  1. No 87, octobre 2007
    23 octobre 2007

  2. No 85, avril 2007
    14 octobre 2007

  3. No 84, décembre 2006
    29 septembre 2007

  4. No 81, avril 2006
    29 septembre 2007

  5. No 80, décembre 2005
    29 septembre 2007

  6. No 79, octobre 2005
    29 septembre 2007

  7. No 68, décembre 2002
    29 septembre 2007

  8. No 63, avril 2002
    29 septembre 2007

  9. No 62, février 2002
    29 septembre 2007

  10. No 60, décembre 2001
    29 septembre 2007

  11. No 59, juin 2001
    29 septembre 2007

  12. No 57, avril 2001 - spécial OMS - AIEA
    29 septembre 2007

  13. Lettre de ContrAtom à Madame Gro Harlem Brundtland
    29 septembre 2007

  14. Lettre de ContrAtom à Monsieur Kofi A. Annan
    29 septembre 2007

  15. Une semaine d’action pour l’indépendance de l’OMS
    9 juillet 2008