association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesEnergies renouvelables
Dernière mise à jour :
dimanche 22 avril 2018
Statistiques éditoriales :
445 Articles
3 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
619 aujourd'hui
847 hier
1258542 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Energies renouvelables
Journal par No :
No 76, décembre 2004
Auteurs :
Gino Nibbio
No 76, décembre 2004
Publié le dimanche 30 septembre 2007

Petite chronique des énergies renouvelables

On estime la durée des réserves de pétrole à 45 ans, celle du gaz à 65 ans, celle du charbon à 250 ans et celle de l’uranium à une quarantaine d’années (pour un coût de production inférieur à 80 $ le kg.) Combustibles fossiles et uranium sont qualifiés d’énergies de « stocks » en comparaison avec les énergies renouvelables, énergies de « flux » en perpétuel renouvellement. A notre échelle de temps, les énergies renouvelables sont inépuisables et régénérées par le cycle de la nature. Avec l’épuisement progressif et inéluctable des combustibles classiques, le recours aux énergies renouvelables est incontournable. Avec ou sans énergie nucléaire, la consommation d’énergies non renouvelables ne pourra pas durer éternellement sur la planète. Il faudra bien que notre société affronte ce problème.

On dénombre cinq énergies renouvelables : l’eau, la biomasse (bois et déchets), le vent, le solaire et la géothermie. De toutes ces énergies renouvelables, deux seulement occupent une place significative dans la fourniture mondiale d’énergie : la biomasse pour environ 14% et l’énergie hydraulique pour environ 6%. Les autres énergies (soleil, vent, géothermie) sont pour l’instant marginales à l’échelon mondial. Ce sont les énergies de l’avenir. Les exploiter, c’est respecter l’environnement, participer à la lutte contre l’effet de serre et valoriser les ressources locales. Notons aujourd’hui qu’elles sont largement sous-exploitées par rapport à leur potentiel.

Leur développement est étroitement lié aux choix politiques des pays. Une directive européenne relative à la promotion de l’électricité produite à partir de sources d’énergies renouvelables a été adoptée le 5 décembre 2000 selon laquelle, en 2010, 22.1% de la consommation d’électricité de l’Union européenne devrait provenir d’énergies renouvelables.

La biomasse

En plus du soleil, du vent, de la force hydraulique et de la géothermie, la biomasse fait aussi partie des énergies renouvelables. Tous les matériaux organiques, tels que les plantes, le bois et tous les êtres vivants emmagasinent de grandes quantités d’énergie appelée biomasse. Il est possible d’obtenir de l’énergie à partir des déchets et des reliquats. La biomasse peut également être cultivée pour la production d’énergie. Il s’agit du bois, des roseaux de Chine, des semis pour la production d’huiles etc. Le bilan écologique est particulièrement intéressant puisque la conversion en hydrogène de la biomasse rejette une quantité de CO2 équivalente au besoin de sa régénération. En Suisse, 5 millions de tonnes de déchets ménagers sont produits par année. Ils contiennent 50 % de biomasse dont environ la moitié peut être fermentée. Une partie seulement de cette biomasse est de nos jours rassemblée séparément et stockée dans des installations de compostage et de fermentation. A ce stade, le potentiel énergétique encore inutilisé est grand !

La biomasse peut être divisée en :

1) Matières premières renouvelables

Les espèces d’arbres qui poussent rapidement ou les plantes énergétiques cultivées dans ce but sont utilisées comme combustible. Des betteraves sucrières, des céréales ou des pommes de terre, provient l’éthanol (alcool éthylique). Des fruits oléagineux, on obtient des huiles et des diesels biologiques. Ces sources d’énergie liquides sont utilisées comme lubrifiant ou carburant.

2) Déchets organiques

Ils proviennent de l’agriculture, de la sylviculture, de la pêche, de l’industrie et des ménages. Déchets et restes de bois. Paille, herbes et feuillage. Boues d’épuration. Déchets ménagers organiques. L’ensemble de ces déchets peuvent être utilisés pour la production de gaz.

Quelques réalisations récentes en Suisse :

Chauffage au bois : place d’armes de Bière 1999. Installation d’une centrale de chauffage au bois, système de cogénération, d’une puissance de 3.2 MW/th. Ce système de cogénération permet de réduire la consommation annuelle de mazout de 950 tonnes. La biomasse au bois couvre 12.1 millions de KW/h/an soit le 80 % des besoins thermiques annuels. En même temps il est produit 60% de l’énergie électrique soit 1.1 million KW/h nécessaire au 37 bâtiments de la place d’armes.

Importance économique de l’énergie du bois en Suisse

Le capital investi dans les chauffages au bois reste à 100% dans le pays. A titre de comparaison, 70% du capital investi dans les chauffages conventionnels s’en va à l’étranger. L’énergie du bois contribue dans une large mesure au maintien et à la création d’emplois, notamment dans les régions périphériques. Sur le plan économique, le bilan du bois-énergie est donc excellent.

Séchage des céréales : le syndicat des sélectionneurs de Guin (Fribourg) brûle les déchets de ses récoltes afin de sécher les céréales acheminées vers son centre collecteur.

Ce syndicat, fort de 235 membres, est actif principalement dans la multiplication de semences. Il réceptionne quelque 10’000 tonnes de céréales par année créant 200 tonnes de déchets divers. Cette solution écologique consiste à collecter puis stocker les déchets dans un silo. Ils sont ensuite acheminés directement dans le four ou compressés en pellets et stockés pour une utilisation ultérieure. Deux échangeurs de chaleur eau-air permettent de chauffer l’air destiné à sécher les céréales. L’installation ainsi conçue pourrait aussi bien fonctionner au bois. Les économies réalisées sur l’achat du combustible fossile (40’000 litres de mazout par année correspondant à 350’000 kWh). Cette réalisation démontre que les moyens techniques actuels existent pour trouver des solutions écologiques.

Gino Nibbio

 
Articles de cette rubrique
  1. No 87, octobre 2007
    23 octobre 2007

  2. No 82, mai 2006
    30 septembre 2007

  3. No 82, mai 2006
    15 octobre 2007

  4. No 79, octobre 2005
    30 septembre 2007

  5. No 77, avril 2005
    30 septembre 2007

  6. No 76, décembre 2004
    30 septembre 2007

  7. No 73, avril 2004
    30 septembre 2007

  8. No 68, décembre 2002
    30 septembre 2007