association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesMalvilleInfos sur superphénix
Dernière mise à jour :
mardi 2 janvier 2018
Statistiques éditoriales :
438 Articles
2 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1583 aujourd'hui
1518 hier
1103389 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Malville Superphénix
Articles par pays :
France
Auteurs :
Philippe Gobet
« Le démantèlement d’un point de vue social »
Publié le vendredi 28 septembre 2007

Superphénix : le démantèlement d’un point de vue social

Bonnes nouvelles pour l’Europe en général et pour les antinucléaires en particulier, mais attention ce n’est pas le moment de cesser de payer vos cotisations, au contraire ! ! ! Nous avons besoin de votre soutien pour toutes sortes de tâches (voir dossier principal de ce journal). Venons-en à ce cher (très très cher...) Superphénix. La fermeture définitive du surgénérateur annoncée par Dominique Voynet et Lionel Jospin, confirmée par le secrétariat à l’industrie et le ministère de la recherche est déclarée « irrévocable ». Mais, étant donné que Superphénix est le plus gros fournisseur d’emplois de la région, le gouvernement veut une « approche sociale exemplaire » et souhaite prendre son temps, tout en réaffirmant le caractère définitif de la fermeture. Quant au dossier technique du démantèlement, il est extrêmement compliqué (voir l’article de Monique Sené ci-dessus ). On n’élimine pas si facilement 5 tonnes de plutonium (cinq kilos suffisent pour déclencher une réaction nucléaire...) et 5000 tonnes de sodium radioactif... Il semblerait que toute cette période soit aussi dangereuse que le fonctionnement lui-même... Un « guide d’arrêt global » sera élaboré par les différents ministères concernés. Un chargé de mission aura pour fonction de se mettre à l’écoute de la population et d’envisager avec les services de l’aménagement du territoire un dispositif de reconversion industrielle de la région qui se mettra en place au fur et à mesure de l’application des modalités d’arrêt de la centrale. Bref, nous ne sommes pas encore près d’être tranquilles, sans parler des cinquante autres centrales nucléaires françaises, des cinq suisses, etc... Mais enfin savourons tout de même notre victoire. Comment ? En repartant sur tous les autres fronts de lutte antinucléaire et en soutenant généreusement votre association contratomiste préférée... Merci !

Philippe Gobet,

source « Le Monde » 3 août 1997