association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesEPRCommuniqué de presse
Dernière mise à jour :
samedi 13 octobre 2018
Statistiques éditoriales :
446 Articles
5 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1472 aujourd'hui
2533 hier
1438067 depuis le début
   
Articles par thèmes :
EPR
Articles par pays :
France
Communiqué de presse du réseau sortir du nucléaire
Publié le samedi 29 septembre 2007

EPR : le gouvernement relance le nucléaire

« La maison brûle » a dit Jacques Chirac mais c’est son gouvernement qui attise le feu

Comme M. Chirac, le Réseau Sortir du nucléaire « réclame une peine exemplaire pour les pyromanes ».

A Johannesbourg, le Président de la République alertait l’opinion mondiale sur les ravages que notre mode de vie infligeait à la Terre et donc aux Hommes.

Le récent accident nucléaire en Suède du 23 septembre dernier (accident classé niveau 1 sur l’échelle INES qui mesure le risque nucléaire, le niveau 7 correspondant à Tchernobyl), la canicule, les gigantesques pannes de courant aux Etats-Unis et en Europe, autant d’éléments concrets qui devraient inciter les gouvernement à prendre des mesures résolues en faveur de la sortie du nucléaire comme ont pu le faire la Belgique ou l’Allemagne.

Au lieu de cela et fidèle à leur triste habitude, les nucléocrates continuent obstinément à faire le choix de l’impasse et de l’isolement français. Le nucléaire est la seule industrie au monde qui ne sait que faire de ces déchets. On recommande aux citoyens de trier leurs déchets et on laisse cette industrie en produire sans se soucier de l’avenir. Où est la cohérence ?

L’annonce d’un nouveau programme nucléaire avec l’EPR n’est pas une surprise. Juste la confirmation qu’une telle décision stérilisera de fait toute innovation et recherche énergétique en dehors du nucléaire. Actuellement plus de 80% du budget de la recherche en matière d’énergie va directement au nucléaire !!! Les quelques milliers d’euros alloués aux énergies renouvelables sont sans commune mesure avec les plus de trois milliards d’euros correspondant à la construction du prototype EPR (tête de série d’un ambitieux second programme nucléaire). Malgré un budget national annoncé comme drastique, le gouvernement, dans la droite ligne de sa politique ultralibérale, fait, clairement, le choix de favoriser les entrées en bourse d’Areva et EDF.

Nous appelons tous nos concitoyens à réagir activement contre cet état de fait inacceptable. Des initiatives du Réseau Sortir du nucléaire seront annoncées dans les toutes prochaines semaines

Contacts presse : Pascal Braud : 06 80 127 720

Stéphane Lhomme : 06 64 100 333

Hulot pour une consultation sur le nucléaire de 3e génération

PARIS (Reuters) - Nicolas Hulot, animateur de l’émission Usuhaïa sur TF1 et conseiller de Jacques Chirac pour les problèmes d’environnement, a déploré le manque de débat sur le réacteur nucléaire de troisième génération EPR et a souhaité une vaste consultation, voire un référendum, sur ce dossier.

La ministre déléguée à l’Industrie Nicole Fontaine a proposé mercredi au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin le choix de l’EPR ((European Pressurized Reactor, réacteur européen à eau sous pression) pour renouveler le parc nucléaire français, choix qui suscite la colère des écologistes.

Interrogé sur RTL, Nicolas Hulot a estimé qu’il était « urgent de ne pas se presser » sur ce dossier. « Les problèmes d’énergie, nos sources d’énergie, c’est quelque chose d’excessivement complexe, et attention de ne pas simplifier et de ne pas seulement réagir par sensibilité personnelle. La première chose, c’est qu’il est urgent de ne pas se presser », a-t-il dit. « J’entends dire que l’on peut prolonger d’une dizaine d’années la durée de vie de nos centrales nucléaires. Si tel est le cas, profitons de ce temps précieux qui nous est donné pour organiser un véritable débat sur l’énergie, un véritable débat, et confronter les points de vue des uns et des autres », a-t-il ajouté. « On nous engage pour des décennies, avec ces déchets dont on ne peut pas s’accommoder. L’objectif idéal de notre société ce serait de sortir du nucléaire. Le problème c’est : quand, et comment ? Comme on n’a pas de réponses, eh bien donnons-nous les instruments d’évaluation pour savoir si l’on peut, ou pas, mais faisons ce travail, sans a priori. Je ne pense pas qu’il ait été fait dans le dernier débat sur l’énergie en France », a estimé Nicolas Hulot.

Dans Le Monde, il demande une consultation de la population. « Je ne serais pas opposé à l’organisation d’un référendum car les choix qui nous sont proposés nous engagent durablement », dit-il. "La population aurait dû avoir le droit à un vrai débat sur l’énergie où auraient été énoncés les inconvénients, les avantages, les risques. Il aurait fallu savoir s’il n’y avait pas d’autres options."

TOLLÉ CHEZ LES ECOLOGISTES

La proposition de la ministre déléguée à l’Industrie a provoqué de vives critiques chez les écologistes de tous bords. Pour Noël Mamère, député Vert de la Gironde et ancien candidat de cette formation à l’élection présidentielle de 2002, il s’agit d’une « véritable provocation » qui va "plonger la France durant cinquante ans de plus dans l’hégémonie du nucléaire". Pour Géraud Guibert, secrétaire national du PS chargé de l’environnement, « ce choix fait suite à une véritable parodie de débat sur la politique énergétique de la France ». « Avec une telle décision, le gouvernement prend le risque d’empêcher une réelle diversification énergétique pourtant tout à fait indispensable », dit-il dans un communiqué. L’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage, présidente de Cap 21 (proche de l’actuelle majorité), dénonce elle aussi « l’absence de débat démocratique » sur la politique énergétique et affirme que la technologie de l’EPR « est d’ores et déjà obsolète et son coût est élevé ».

Les collectifs anti-enfouissement dénoncent le projet de réacteur EPR

09/10 afp Les collectifs contre l’enfouissement des déchets radioactifs ont dénoncé jeudi la proposition de la ministre de l’Industrie Nicole Fontaine de lancer la construction d’un réacteur nucléaire de type EPR.

Les collectifs Bure-Stop et la Coordination nationale des collectifs contre l’enfouissement des déchets radioactifs ont indiqué jeudi dans un communiqué que l’affirmation de la ministre que l’EPR produit moins de déchets est une « contre-vérité ».

« Construire de nouveaux réacteurs nucléaires ne fera qu’augmenter les quantités déjà existantes de déchets radioactifs dont on ne sait que faire », rétorquent les collectifs.

Selon les collectifs engagés contre l’enfouissement, « les pseudo travaux de recherche d’enfouissement définitif à Bure (Meuse/Haute-Marne), ou la perspective de l’entreposage de très longue durée dans les collines de Marcoule (Gard) ne pourront masquer longtemps l’impuissance à trouver des solutions responsables au regard de l’humanité ».Le laboratoire de Bure doit étudier à partir de 2004 la possibilité de stocker des déchets nucléaires à grande profondeur, dans une couche argileuse.

Les Verts dénoncent le projet de Mme Fontaine sur l’EPR

08/10 17:15 Les Verts ont dénoncé mercredi la proposition de Nicole Fontaine de lancer la construction d’un réacteur nucléaire de type EPR, estimant qu’elle est « en totale contradiction avec ce que devrait être une nouvelle politique énergétique en France ».

Les Verts rappellent dans un communiqué que la canicule a « mis en lumière les effets du gaspillage énergétique » et que « la pollution de l’air et le dérèglement climatique appelaient d’autres solutions en matière énergétique » : réduction de la consommation, soutien aux énergies renouvelables...

Mireille Ferri, une des porte-parole, remarque que les deux alternatives avaient été évoquées par Mme Fontaine et par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin lors du débat public sur l’énergie, au premier semestre 2003. « Une fois de plus, et avant même que le débat parlementaire ne s’engage sur la Loi d’orientation sur l’énergie, les initiatives gouvernementales contredisent les paroles et font fi des procédures de débat », souligne-t-elle.

Pour les Verts, cette intervention de la ministre est « directement inspirée par les intérêts d’un lobby nucléaire aux abois après le moratoire maintenu pendant toute la durée du gouvernement de la Gauche plurielle ».

Les Verts « ne peuvent accepter que le gouvernement de M. Raffarin prenne le risque de relancer un programme électro-nucléaire dont les dangers sont aujourd’hui fortement perçus par l’opinion », indique encore la porte-parole.

Réacteur EPR : la LCR dénonce la « volonté du gouvernement de passer en force »

09/10 afp Olivier Besancenot, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) a dénoncé jeudi « la volonté du gouvernement de passer en force pour satisfaire le lobby nucléaire » à propos de la « perspective » de construction du réacteur de troisième génération EPR.

« Cette attitude est d’autant plus scandaleuse que le débat démocratique indispensable sur les grands choix énergétiques n’a pas eu lieu », ajoute la LCR pour qui « le nucléaire ne constitue en rien une solution à l’effet de serre et au réchauffement de la planète ».

Pour Olivier Besancenot, « la seule solution raisonnable est la diversification des modes de production de l’énergie, afin de construire une alternative au tout nucléaire ».

Pour leur part, les rapporteurs de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques sont satisfaits. Les députés Christian Bataille (PS) et Claude Birraux (UMP) déclarent dans un communiqué avoir « pris connaissance avec satisfaction » des déclarations de la ministre en faveur de l’EPR. Ils soulignent que "le lancement rapide de la construction de l’EPR permettra d’acquérir, avec ce nouveau réacteur, l’expérience indispensable pour pouvoir, le cas échéant et le moment venu, placer les réacteurs d’EDF les plus anciens dans les meilleures conditions de sûreté et de performance économique« . Les deux élus rappellent que les déclarations de Nicole Fontaine vont dans le sens des conclusions de leur rapport sur »la durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs" qui a été adopté à l’unanimité en mai par l’Office d’évaluation parlementaire.

28 octobre : « Sortir du nucléaire » dénonce le « passage en force » du gouvernement

Le réseau d’associations « Sortir du nucléaire » a dénoncé mardi le « passage en force » du gouvernement, qui souhaite remplacer le parc nucléaire actuel par de ouveaux réacteurs, et a lancé un appel pour un moratoire sur la construction de nouvelles centrales en France.

Selon un avant-projet de « loi d’orientation sur les énergies » obtenu par l’AFP, le gouvernement a opté pour un renouvellement au moins partiel du parc nucléaire français (19 centrales, 58 réacteurs) lorsque les réacteurs actuellement en fonctionnement arriveront en fin de vie.

Pour le réseau « Sortir du nucléaire », qui revendique 650 associations membres, « cette décision est illégitime ».

« Le »débat national sur l’énergie« du printemps 2003 a été organisé de façon non démocratique », affirme le réseau d’associations, ajoutant que la « question des déchets radioactifs produits par les centrales nucléaires actuelles n¹a pas de solution ».

« Il est donc irresponsable de construire d¹autres réacteurs qui ne pourront qu¹aggraver la situation », selon « Sortir du nucléaire », qui estime que « le risque de catastrophes nucléaires reste réel, et donc intolérable, avec le réacteur EPR », appelé à remplacer les réacteurs actuels.

Le réseau écologiste lance « un appel à moratoire » sur la construction de nouvelles centrales en France, avec le soutien d’une trentaine d’organisations dont la Confédération paysanne et les Amis de la Terre.

 
Articles de cette rubrique
  1. Communiqué de presse du réseau sortir du nucléaire
    29 septembre 2007