association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par paysFrance
Dernière mise à jour :
vendredi 7 septembre 2018
Statistiques éditoriales :
446 Articles
5 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
943 aujourd'hui
890 hier
1413324 depuis le début
   
No 52, avril 2000
Publié le lundi 1er octobre 2007

Quand Lothar est venu embrasser la centrale du Blayais

La nuit du 27 au 28 décembre 1999, on a failli immerger les déchets nucléaires, le combustible et la centrale en même temps.

Plus ça va, moins on a envie d’en rire. Pourtant, ça ne manque pas de piquant, ces blagues à répétition : l’incident « hautement improbable » se produit, on passe à côté de la catastrophe, on nous dit que rien ne s’est passé, et on recommence. Mais la recette commence à être usée et à ne plus faire rire. Surtout en France, où EDF (Électricité de France) a beaucoup de mal à renouveler son répertoire d’explications rassurantes.

Cette nuit-là...

La nuit du 27 au 28 décembre, donc, alors que l’ouragan Lothar balayait l’Europe, la centrale atomique du Blayais (Gironde) a été partiellement inondée. Sans entrer dans de fastidieux détails techniques (disponibles, pour les intéressés, sur le site http://www.sortirdunucleaire.or), relevons que deux des quatre tranches de la centrale ont vu les infiltrations d’eau mettre à mal leur système de refroidissement. Juste pas assez pour que tout pète, mais presque. Pour mémoire : si un réacteur n’est pas constamment refroidi, il court le risque d’entrer en fusion, et subséquemment, de réduire notablement le nombre de contribuables dans la région. Pas de contribuables, pas d’impôts ; pas d’impôts, pas de centrale ; voilà pourquoi, généralement, on cherche à éviter ce type de problème.

90 000 m3 d’eau ont dû être évacués du sous-sol de la centrale. Il aura fallu une semaine pour ce faire. Il faut dire que les concepteurs de l’installation ont eu l’excellente idée de la faire construire en dessous du niveau des eaux, à côté de la Gironde. Du coup, pas bête, on a élevé une digue. Laquelle, ne tenant pas compte des probabilités de tempêtes exceptionnelles ou autres crues millénaires, s’est révélée plus d’un mètre trop basse lors de cette fameuse nuit. EDF avait prévu de la rehausser, mais avait reporté les travaux en 2002. Elle a eu bien raison, puisque rien ne s’est passé.

Un improbable acceptable ?

Pour EDF, on peut tolérer l’improbable. L’improbable ne se produit jamais. Sauf dans le cas des centrales nucléaires, quelle malchance, la statistique n’est plus ce qu’elle était, ma bonne dame. On produit des normes de sécurité dramatiquement optimistes, que l’on applique avec plus ou moins de sérieux (allez voir les photos de la digue surhttp://altern.org/asso/tchernobl...) et on dépense des fortunes en propagande rassurante et en désinformation. Et puis, on est prêts à toute éventualité : on se prépare à évacuer des régions entières, juste au cas où (exercice autour de la centrale de Paluel en Seine-Maritime, le 2 mars 2000). L’exercice, réalisé de jour, par beau temps, et avec un bien faible pourcentage de la population acceptant de se faire évacuer un jour entier (on n’a pas que ça à foutre !), s’est bien passé. Sûr que les grands penseurs d’EDF ont tout prévu lorsque la prochaine tempête défoncera la nouvelle digue du Blayais, en pleine nuit, alors que les routes d’accès à la centrale seront, comme ce fut le cas fin décembre, totalement impraticables.

De nombreux spécialistes de la chose atomique le proclament sereinement depuis des années : en l’état actuel des choses, la France connaîtra, un jour ou l’autre, une fusion de cœur de réacteur. Soit un « incident » bénin de type Tchernobyl. On peut se demander si, à nouveau, le nuage radioactif sera arrêté par la frontière française, qui, comme chacun le sait depuis 1986, possède d’étranges propriétés radio-défensives. (Elle laisse entrer les immigrés clandestins et les multinationales, mais refoule impitoyablement la radioactivité et la viande de bœuf anglaise).

En attendant l’accident majeur...

Les nucléocrates français, qui comptent parmi les plus bornés et hypocrites de la planète (un bonheur pour un chroniqueur antinucléaire, serais-je cyniquement tenté de dire), attendent tranquillement l’accident majeur qui sonnera le glas de leur discours lénifiant. On lèvera un impôt pour indemniser les mutants survivants, et puis on organisera de nouveaux circuits touristiques pour aller admirer les nouvelles espèces apparues dans la faune et la flore de la région sinistrée.

Comme d’habitude, la devise de la France en matière d’énergie atomique reste d’une simplicité consternante : « Après moi, le déluge ». Et après le déluge ?

Bernard Engel

 
Articles de cette rubrique
  1. No 85, avril 2007
    15 octobre 2007

  2. No 82, mai 2006
    15 octobre 2007

  3. No 80, décembre 2005
    2 octobre 2007

  4. No 80, décembre 2005
    16 octobre 2007

  5. No 79, octobre 2005
    2 octobre 2007

  6. No 77, avril 1005
    2 octobre 2007

  7. No 76, décembre 2004
    2 octobre 2007

  8. No 75, octobre 2004
    2 octobre 2007

  9. No 74, juin 2004
    2 octobre 2007

  10. No 73, avril 2004
    2 octobre 2007

  11. No 72, décembre 2003
    2 octobre 2007

  12. No 71 octobre 2003
    2 octobre 2007

  13. No 64, juin 2002
    2 octobre 2007

  14. No 60, septembre 2001
    1er octobre 2007

  15. No 59, juin 2001
    1er octobre 2007

  16. No 55, décembre 2000
    1er octobre 2007

  17. No 54, septembre 2000
    1er octobre 2007

  18. No 52, avril 2000
    1er octobre 2007

  19. No 51, janvier 2000
    1er octobre 2007