association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalEdito
Dernière mise à jour :
samedi 8 décembre 2018
Statistiques éditoriales :
447 Articles
5 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1242 aujourd'hui
1020 hier
1521627 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Edito
Journal par No :
No 85, avril 2007
Auteurs :
Anne-Cécile Reimann
No 85, avril 2007
Publié le dimanche 14 octobre 2007

Chères, Chers ContrAtomistes,

Ce n’est pas le moment de flancher, de sérieuses luttes nous attendent ! Il va falloir contrer avec efficacité la vague pronucléaire qui déferle actuellement aussi bien sur la scène médiatique qu’au sein de l’arène politique : « L’avenir de notre pays ne saurait se passer du nucléaire » déclare-t-on en haut lieu où la construction d’une, voire de deux, nouvelles centrales nucléaires est sérieusement envisagée ! Soudain soucieux de protéger notre environnement, les partisans de l’atome présentent aujourd’hui le nucléaire comme étant le remède souverain à tous nos maux : lutte contre le réchauffement climatique, solution à la pénurie de pétrole qui se profile, assurance d’un avenir énergétique radieux grâce à cette source inépuisable, propre et bon marché ! Le rêve ! A les entendre, le nucléaire ne serait ni plus ni moins qu’une énergie écologique !

Quelle hypocrisie ! Aucun des problèmes majeurs découlant de cette technologie mortelle n’est sur le point d’être résolu, à commencer par celui de la gestion des déchets radioactifs dont le stock ne cesse de prendre du volume.

Le lobby nucléaire et les politiciens qui le soutiennent ont très bien compris que ces encombrants déchets constituaient un obstacle majeur à l’acceptation par l’opinion publique de nouvelles centrales nucléaires, si bien qu’en Suisse comme en France, de scandaleux projets d’enfouissement ont été élaborés à la hâte et sont actuellement présentés comme étant la solution miracle !

Que ce soit à Bure dans la Meuse en France ou à Benken chez nous dans le canton de Zurich, on creuse et on s’apprête à cacher dans les entrailles de la Terre ce que l’on ne peut assumer ! Pour donner l’illusion que ces projets se font en accord avec la population, des procédures de consultation « bidon » sont organisées par les autorités, mais les dés sont pipés, tout est déjà décidé ! Ce qui compte pour les nucléocrates, c’est de se débarrasser au plus vite de ces monstrueux déchets afin que l’on puisse passer allégrement à l’étape suivante : l’affaire des déchets réglée, plus rien ne fera barrage à la construction de nouvelles chaudières atomiques ! Et c’est ainsi qu’avec la caution d’une majorité de la population ignorante et silencieuse, les nucléocrates prennent en catimini leurs décisions criminelles et nous entraînent dans leurs projets mortifères !

Ignorante, cette opinion publique ? A qui la faute ? Elle n’est pas, ou si mal, informée ! Plus de 20 ans après la catastrophe de Tchernobyl qui a laissé pour toujours les traces indélébiles que l’on connaît, les thèses officielles continuent de minimiser les effets dévastateurs de la radioactivité sur l’être humain et son environnement ! Souvenez-vous du rapport datant de l’an dernier, produit par l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) et cosigné par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), qui minimisait outrageusement le bilan de la catastrophe : pour ces deux organismes, marchant main dans la main en vertu de l’accord scandaleux de 1959, Tchernobyl se résume à 56 morts et 4’000 cancers de la thyroïde, dont 99% sont guéris ! De qui se moque-t-on ? Et pourtant… rien d’étonnant à cette campagne de désinformation : la mission première de l’AIEA étant de promouvoir l’énergie nucléaire dans le monde et d’en accélérer le développement, il est logique, dans cette optique, qu’elle cache la terrible réalité pour ne pas installer le doute dans l’opinion publique ! De même, les dirigeants des pays dotés de l’énergie nucléaire n’ont, eux non plus, aucun intérêt à affoler leurs populations. Dangereuse la radioactivité ? Allons donc !

Ce constat affligeant établi, le plus difficile reste à faire : trouver les moyens de faire entendre notre voix car la société civile a aussi, et plus que jamais, son mot à dire dans cette affaire. Si elle se montre efficace et déterminée, elle finira par l’emporter ! Quand la pression venue d’en bas est assez forte, ceux d’en haut finissent toujours par céder ! A nous de faire monter la pression : manifs, pétitions, lettres de lecteurs, dialogue avec notre entourage etc. Occupons le terrain ! Dans ce numéro, vous trouverez diverses propositions d’actions, à vous de les saisir ! Le lobby nucléaire est partout ? Nous aussi !

A bientôt sur le terrain !

Anne-Cécile

 
Articles de cette rubrique
  1. No 92, septembre 2008
    17 octobre 2010

  2. No 89 février 2008
    28 février 2008

  3. No 87, octobre 2007
    22 octobre 2007

  4. No 85, avril 2007
    14 octobre 2007

  5. No 84, décembre 2006
    16 octobre 2007

  6. No 83, octobre 2006
    1er octobre 2007

  7. No 83, octobre 2006
    15 octobre 2007

  8. No 82, mai 2006
    1er octobre 2007

  9. No 81, avril 2006
    1er octobre 2007

  10. No 80, décembre 2005
    1er octobre 2007

  11. No 80, décembre 2005
    16 octobre 2007

  12. No 79, octobre 2005
    1er octobre 2007

  13. No 77, avril 2005
    1er octobre 2007

  14. No 76, décembre 2004
    1er octobre 2007

  15. No 75, octobre 2004
    1er octobre 2007

  16. No 74, juin 2004
    1er octobre 2007

  17. No 73, avril 2004
    1er octobre 2007

  18. No 72, décembre 2003
    1er octobre 2007

  19. No 71, octobre 2003
    1er octobre 2007

  20. No 70, mai 2003
    1er octobre 2007

  21. No 69 avril 2003
    1er octobre 2007

  22. No 68, décembre 2002
    1er octobre 2007

  23. No 64, juin 2002
    14 octobre 2007

  24. No 63, avril 2002
    1er octobre 2007

  25. No 62, février 2002
    1er octobre 2007

  26. No 60, septembre 2001
    1er octobre 2007

  27. No 59, juin 2001
    1er octobre 2007

  28. No 57, avril 2001 - spécial OMS-AIEA
    1er octobre 2007

  29. No 55, décembre 2000
    1er octobre 2007

  30. No 54, septembre 2000
    1er octobre 2007

  31. No 52, avril 2000
    1er octobre 2007

  32. No 51, janvier 2000
    1er octobre 2007

  33. No 50, octobre 1999
    1er octobre 2007