association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesEssais nucléaires
Dernière mise à jour :
samedi 13 octobre 2018
Statistiques éditoriales :
446 Articles
5 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
2088 aujourd'hui
1603 hier
1436150 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Essais nucléaires
Journal par No :
No 64, juin 2002
Auteurs :
Gino Nibbio Paul Bonny
No 64, juin 2002
Publié le vendredi 28 septembre 2007

Les victimes des essais nucléaires réclament vérité et justice

A l’initiative de Marie-Claude Beaudeau, sénatrice, une conférence internationale sur l’impact sanitaire des essais nucléaires s’est déroulée à Paris, au Sénat, le 19 janvier dernier.

L’organisation de cette journée était assurée par le Centre de documentation et de recherche sur le prix et les conflit, les Vétérans des essais nucléaires, Moruroa e tatou, Solidarité Europe Pacifique et Stop Essais.

Pour la première fois en France étaient réunis les représentants des associations de vétérans français, polynésiens, américains, australiens, new-zélandais, anglais, des Iles Marshall et Fidji.

A l’exception de la France – qui continue depuis plus de 40 ans à nier sa responsabilité envers les victimes de ses essais – les gouvernements ont admis que « leurs bombes n’étaient pas propres ». Ils ont mis en place (ou sont en train de le faire) des programmes d’aide aux vétérans et aux populations touchées.

Ces essais ont totalisé, entre 1945 et 1998, 2055 explosions dont 520 aériennes. En voici le détail :

Total Aériens
Etats-Unis 1 030 215
URSS 715 216
France 210 45
Grande-Bretagne 45 21
Chine 43 23
Inde 6 0
Pakistan 6 0

En France, plus de 76’000 personnes sont concernées par les conséquences sanitaires de ces essais : environ 24’000 suite à ceux du Sahara et 52’750 suite à ceux effectués en Polynésie.

Non seulement ces vétérans subissent, aujourd’hui encore, de graves problèmes de santé, mais ils s’interrogent sur les risques encourus pour leurs enfants.

Les témoignages entendus au cours de cette conférence démontrent que tant les vétérans que les populations locales ont été tenus dans l’ignorance des risques sanitaires qu’on leur imposait, et qui n’avaient fait l’objet d’aucun débat démocratique. Celui-ci étant confisqué sous prétexte de « secret défense », la seule information disponible émanant du tandem OMS-AIEA, à la solde du lobby nucléaire.

Plusieurs témoignages ont relevé que toutes ces expérimentations ont été réalisées à des milliers de kilomètres des métropoles, prouvant ainsi que les responsables en connaissaient le degré de dangerosité.

C’est donc en connaissance de cause que des hommes jeunes et sains, ont été exposés à des radiations et d’immenses territoires sont désormais contaminés à jamais. En outre, l’ensemble de la planète a vu sa radioactivité ambiante augmenter en flèche.

Bruno Barrillo, l’un des organisateurs (Observatoire des armes nucléaires françaises) espère que la prise en compte des conséquences sanitaires et environnementales se fasse dans la transparence, ce qui nécessite l’ouverture des archives militaires française. Et que ces recherches soient suivies de mesures concrètes répondant aux justes revendications des personnes qui ont inconsciemment participé à ces dangereuses activités.

Paul Bonny et Gino Nibbio

 
Articles de cette rubrique
  1. No 81, avril 2006
    28 septembre 2007

  2. No 75, octobre 2004
    28 septembre 2007

  3. No 64, juin 2002
    28 septembre 2007

  4. No 51, janvier 2000
    28 septembre 2007

  5. Association Moruroa e tatou, Tahiti, 20 juillet 2002
    28 septembre 2007