association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesUranium appauvri
Dernière mise à jour :
dimanche 15 avril 2018
Statistiques éditoriales :
445 Articles
3 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
591 aujourd'hui
1717 hier
1251670 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Uranium appauvri
Articles par pays :
Irak
Journal par No :
No 73, avril 2004
Auteurs :
Philippe Gobet
No 73, avril 2004
Publié le dimanche 30 septembre 2007

Responsabilité de l’OMS dans la catastrophe humanitaire irakienne

L’OMS cache la vérité

Selon un expert des radiations, le Dr Baverstock, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) aurait bloqué depuis 2001, sous la pression du commissariat International à l’Energie Atomique (AIEA), la publication d’un rapport sur les effets et les risques de l’uranium appauvri sur les populations !!! Le Dr Baverstock faisait partie d’un groupe de trois experts de l’OMS dont le rapport dénonçait les risques pour la population d’armements renforcés à l’uranium appauvri, tels qu’ils ont été utilisés en Irak et au Kosovo. Mais l’OMS semble avoir bloqué la publication de ce rapport, qui aurait pu contribuer à ce que les Etats belligérants renoncent à ce genre d’armement.

Un désastre annoncé

Actuellement, on sait pourtant que l’utilisation d’uranium appauvri lors de la première guerre du Golfe a déjà causé de nombreuses leucémies dans la population irakienne, ainsi que de multiples malformations chez les nouveaux-nés. Devant le mutisme des instances onusiennes, c’est des associations ou des privés, tels le Père Benjamin en France, qui ont dénoncé cette catastrophe humanitaire continuelle que subit la population irakienne, empoisonnée par des produits hautement radioactifs et chimiquement toxiques pour de nombreuses années. Tout cela dans le silence de l’OMS. Déjà en 2001, ContrAtom avait dénoncé les liens pervers existant entre l’AIEA et l’OMS. Cette affaire vient confirmer le fait que, pour tout ce qui concerne le nucléaire, l’OMS se préoccupe plus de ses bonnes relations avec les autres agences onusiennes que de la santé des populations. Et il est fort peu probable que ces fonctionnaires internationaux se retrouvent devant des tribunaux, car c’est de vies humaines détruites dont il s’agit …et non de vitrines de magasins de luxe !

Philippe Gobet

 
Articles de cette rubrique
  1. No 83, octobre 2006
    15 octobre 2007

  2. No 81, avril 2006
    30 septembre 2007

  3. No 77, avril 2005
    17 octobre 2007

  4. No 74, octobre 2004
    30 septembre 2007

  5. No 73, avril 2004
    30 septembre 2007

  6. No 72, décembre 2003
    30 septembre 2007

  7. No 64, Juin 2002
    30 septembre 2007

  8. No 59, juin 2001
    30 septembre 2007

  9. No 54, septembre 2000
    30 septembre 2007

  10. No 50, octobre 1999
    30 septembre 2007