association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par paysAllemagne
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
Statistiques éditoriales :
436 Articles
2 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1009 aujourd'hui
2460 hier
962794 depuis le début
   
Articles par pays :
Allemagne
Journal par No :
No 55, décembre 2000
Auteurs :
Philippe Progin
No 55, décembre 2000
Publié le dimanche 30 septembre 2007

Un « consensus » mou pour une fausse sortie ?

Le gouvernement fédéral dit « rouge-vert » et les compagnies électriques se sont mis d’accord pour « limiter » la durée d’exploitation des centrales nucléaires existantes. Mais, d’autre part, la « libre exploitation » des centrales doit être garantie, tout comme le maintien d’un « haut niveau de sécurité » et le respect des dispositions légales pour leur durée d’exploitation restante, ainsi que le démantèlement. Pour chaque installation, on a défini la quantité d’électricité maximale qu’elle est autorisée à produire entre le premier janvier 2000 et son arrêt définitif (quota de production électrique). L’autorisation d’exploiter une centrale échoit dès que la quantité prévue d’électricité est atteinte par celle-ci ou plutôt la quantité modifiée par les éventuels reports. Pour chaque centrale, ce calcul se fait sur la base d’une durée d’exploitation de 32 ans à partir du démarrage de l’exploitation commerciale, ce qui permet de calculer la durée d’exploitation restante après le premier janvier 2000. Pour Obrigheim (mise en service en 1968), un régime transitoire a été décidé jusqu’au 31 décembre 2002. Ces calculs se fondent également sur une production de référence qui correspond pour chaque centrale à la moyenne annuelle de la production des cinq années les plus productives entre 1990 et 1999. Cette production annuelle de référence s’élève pour l’ensemble des centrales nucléaires à 160,99TWh/an, sans la centrale nucléaire déjà arrêtée de Mülheim-Kärlich. (Un terrawatt/heure correspond à un milliard de kilowatts/heure). Les sociétés de distribution peuvent reporter d’une centrale à une autre des quantités d’électricité à produire (droits de production) par simple communication à l’Office fédéral pour la radioprotection ( BfS ). Pendant la durée d’exploitation restante, les normes de sécurité élevés prescrits par la loi devront continuer à être respectés, mais le gouvernement fédéral s’abstiendra de toute initiative pour modifier ces standards et la conception de la sécurité qui les sous-tend. Les sociétés de distribution doivent construire le plus rapidement possible des dépôts intermédiaire sur l’emplacement des centrales nucléaires ou à proximité de celles-ci. Dès le premier juillet 2005, l’élimination des déchets radioactifs issus des centrales nucléaires se limitera à leur stockage définitif direct. Jusque là, les transports nucléaires en vue du retraitement restent autorisés. Face à ce soi-disant consensus atomique, Greenpeace Allemagne a pris position comme suit : le consensus atomique négocié aggrave les risques liés à l’utilisation de l’énergie nucléaire en Allemagne, il ne contraint pas les sociétés électriques à arrêter des centrales, mais leur garantit une autorisation d’exploiter à vie. De plus, le gouvernement fédéral, en garantissant aux exploitants « la libre exploitation des installations » a massivement restreint sa propre influence sur la sécurité des centrales nucléaires. Au lieu de réaliser une sortie rapide du nucléaire, le gouvernement fédéral a offert aux exploitants de centrales une garantie du maintien de leurs installations. Avec les quantités d’électricité à produire issues de ces négociations, aucune centrale ne devra être arrêtée prématurément, mais chacune pourra rester branchée au réseau aussi longtemps que cela semblera rentable à l’exploitant. Sur une base de calcul réaliste, la quantité globale d’électricité de 2600 terrawatt/heure correspond à une durée de vie globale de 35 ans pour chaque réacteur ! Jusqu’à ce que le dernier réacteur ait été arrêté, on aura accumulé près de 7000 tonnes de déchets hautement radioactifs supplémentaires... quantité presque équivalente à celle qu’a entraîné jusqu’ici l’exploitation de l’énergie nucléaire en Allemagne depuis ses débuts !!! On voit que finalement la situation en Allemagne ressemble à celle de la Suisse : un arrêt du nucléaire qui prolonge les centrales actuelles (voir No 54 et article d’ACR p. 8-9). Ce qui signifie que l’on a pas encore fini de parler de nucléaire en Allemagne et que, comme nous le faisons déjà à Genève, il faudra encore se méfier et ne pas se réjouir trop fort de décisions prises par les autorités ici et ailleurs.

Philippe Progin

Source : Greenpeace Allemagne

 
Articles de cette rubrique
  1. No 89, février 2008
    28 février 2008

  2. No 80, décembre 2005
    28 septembre 2007

  3. No 77, avril 2005
    28 septembre 2007

  4. No 68, décembre 2002
    30 septembre 2007

  5. No 55, décembre 2000
    30 septembre 2007