association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalBrèves
Dernière mise à jour :
samedi 13 octobre 2018
Statistiques éditoriales :
446 Articles
5 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
2290 aujourd'hui
1441 hier
1447536 depuis le début
   
No 59, juin 2001
Publié le lundi 1er octobre 2007

Brèves nucléaires

Nouvelle centrale à Taïwan : deux Taïwanais s’immolent par le feu !

Le gouvernement taïwanais a accepté de reprendre la construction d’une centrale nucléaire dont il avait interrompu les travaux trois mois et demi auparavant, souhaitant sortir d’une crise politique née de ce projet controversé. La reprise du projet a été convenue par le Premier ministre Chang Chun-Hsiung et le président du parlement Wang Jin-pyng, mandaté par l’opposition. Le parlement taïwanais avait décidé fin janvier la reprise de la construction de la centrale, annulant la décision gouvernementale de stopper ce projet de 5,6 milliards de dollars devant équiper d’une quatrième centrale nucléaire cette île. La chambre s’était saisie de ce dossier en raison du jugement rendu par la plus haute instance judiciaire du pays considérant comme inconstitutionnelle la décision du gouvernement prise le 27octobre. M. Chang avait justifié l’abandon de la construction déjà commencée de cette centrale au nom de la défense de l’environnement. Cette décision avait été prise après des années de polémiques et de violentes manifestations sur cette île frappée le 21 septembre 1999 par un séisme d’une magnitude 7,6 sur l’échelle ouverte de Richter, dont le bilan s’est établi à 2.494 morts et près de 100.000 sans-abri. A la suite de cette annonce, deux Taïwanais se sont immolés par le feu pour protester contre la construction de cette centrale nucléaire. (AFP)

Une centrale nucléaire en panne à cause d’un afflux de crevettes

Une centrale nucléaire sud-coréenne a été arrêtée à cause d’un afflux de crevettes dans les canalisations de refroidissement par eau, ont indiqué les autorités de Séoul mercredi. Les deux générateurs de la centrale située sur la côte à Ulchin, à environ 200 kilomètres au sud est de Séoul, ont été stoppés mardi et tout le personnel a été mis à contribution pour dégager les entrées de l’eau de refroidissement, soulignent les responsables du ministère des Sciences et de la Technologie. Cependant cet afflux de petits crustacés n’a pas mis en péril la sécurité de l’installation, explique-t-on dans la capitale sud-coréenne. D’une capacité de 1,9 million de kilowatt d’electricité par heure, cette centrale a déjà connu par le passé des problèmes similaires qui ont conduit à l’interruption de son fonctionnement à trois reprises en 1997. (AFP)

Tokyo

Tokyo Electric Power, la première compagnie électrique du Japon et du monde, envisage de réduire son programme de construction de nouvelles centrales en raison de la faiblesse de la demande sur l’archipel, a-t-elle indiqué vendredi. Douze centrales, dont quatre nucléaires, pourraient ainsi ne pas être mises en chantier ou terminées. « Nous envisageons de geler 27 unités de production dans douze centrales pour trois à cinq ans, voire davantage », a déclaré un porte-parole de EPCO, Toru Ueno. « Les centrales que nous étudions sont celles en construction ou celles prévues », a-t-il précisé. Une décision finale sera prise par le groupe à la fin mars. Ces nouveaux réacteurs auraient eu une capacité de générer 18,7millions de kilowatts. TEPCO produit actuellement un total de 57,9millions de kilowatts, selon la compagnie. La demande a atteint un sommet en juillet 1996, à 59,4 millions de kilowatts. Depuis lors, elle s’est stabilisée à 59,3 millions, TEPCO acquérant auprès de producteurs régionaux la quantité qui lui manque. « Si les nouvelles centrales étaient construites, l’offre dépasserait la demande, alors qu’il y a des nouveaux venus sur le marché », a souligné M.Ueno. Le programme d’investissements avait été établi en considérant que la consommation allait continuer à progresser dans un contexte de croissance économique soutenue. Mais « nous prévoyons que le taux annuel de croissance va être limité à 2% durant les dix prochaines années, soit le plus faible jamais enregistré », selon M. Ueno. (AFP)

Japon

Takashi Fukaya, ministre de l’Industrie et du Commerce annonçait en mars que, devant les craintes de la population (Tokaimura et Monju !) le nombre des centrales nucléaires à construire pour 2010 passait de 25 à 13 unités.

Nucléaire civil : par ici la sortie

L’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Japon et le Luxembourg ont pris de bonnes, de sages décisions. La première, de fermer le dernier de ses 19 réacteurs, au plus tard en 2021 et d’arrêter le retraitement, à la Hague et en Grande-Bretagne, au 1er juillet 2005. Les chrétiens-démocrates (tout comme le RPR en France) parlent d’une inacceptable destruction du patrimoine (après avoir détruit l’Europe il y a quelques décennies). Kurt-Dieter Grill, leur chef de file, parle d’une perte de 190.000 emplois. Notez qu’aucun projet de construction de réacteurs nucléaires n’a eté lancé en Allemagne depuis 1980 et que la Deutsche Bank Research estime le coût d’investissement dans une centrale nucléaire à 88.700 FB par kW produit contre 20.600 FB/kW dans une centrale au gaz. Mieux encore : L’Allemagne ne soutient plus le projet franco-allemand EPR dit « réacteur du futur », la Volkswagen des réacteurs nucléaires de Siemens et Framatome.

Grande-Bretagne

La British Nuclear Fuels vient d’annoncer la fermeture immédiate de sa centrale nucléaire de Hinkley Point, dans le Somerset. Les deux réacteurs, de 680 MWe bruts, de type Magnox de ce site ont été mis en service industriel en 1976 et 1977. Hinkley Point est responsable de nombreux rejets radioactifs en mer d’Irlande. Sept autres centrales de la BNFL, du même type, seront fermées entre 2002 et 2016. A noter que déjà 6 réacteurs gaz-graphite ont été arrêtés (Shut Down Sizewell, juin 00, p. 1). La même BNFL dément un rapport paru dans le Sunday Telegraph qui révèle que la compagnie est menacée de faillite suite à la découverte d’un « black hole » (trou noir) de 600 milliards de FB dans sa comptabilité. Le Sunday Telegraph déclare que, d’après un rapport interne confidentiel, les dettes à long terme pourraient se monter à 2.435 milliards de FB, entrainant une ruine financière. La BNFL rétorque que ses dettes s’amenuisent et promet qu’elle en fera état en septembre (Dow Jones/Excite News, 28 mai).

Luxembourg

Le Grand Duché a adopté une loi bannissant toute importation d’électricité d’origine nucléaire depuis l’extérieur de l’Union européenne ayant des centrales « unsafe ». Sont visées, les centrales de conception soviétique des pays d’Europe centrale et de l’est. L’Autriche, résolument antinucléaire, a adopté la même loi bien avant (Nucleonics Week,1/6, p.3).

Tiré de l’excellent journal TAM-TAM ! merci à eux !

Philippe Gobet


Brèves éoliennes

En général

Au 23 janvier dernier, plus de 6.000 MW de puissance éolienne étaient déjà installés en Allemagne, plus que n’en délivrent les 7 réacteurs belges réunis : 5.713 net). L’année 2000 a vu mettre en service, dans le monde, plus de 3.500 MW d’électricité éolienne. Ce n’est que 26% de plus qu’en 1999, année qui, elle, connut un bond de 36% par rapport à 1998 Janvier 2001 a vu la première exportation, vers Yokohama (Japon) d’une éolienne Ecotecnia, made in Spain, de 640 kW. Elle sera installée dans l’Ito CountTy Club par son associée Hitachi Zosen. En Espagne Ecotecnia a installé, en 2000 pour 173 MW d’éoliennes, ce qui en fait le second producteur d’Espagne. La Grande-Bretagne a lancé le 5 avril un ambitieux programme de développement des énergies renouvelables en accordant des licences à 18 entreprises pour l’installation de parcs éoliens offshore. Ce, sur des sites précis situés entre 1,5 et plus de 10km du rivage. Chacune des firmes (Shell WindEnergy, Hyder Industrial, Enron Wind et Powergen Renewables Offshore Wind) recevront un espace marin de 10 km2 pour y installer 30 turbines chacune.

Seacore project

Voici plus de détails sur le premier parc offshore britannique. Situé en Mer du Nord, en face de Blyth , ville du Northumberland, il y tourne depuis le 7 décembre dernier. En un premier temps deux moulins de 750 kW avaient été choisis mais en final ce sont deux « Vestas » (Danemark) de 2 MW qui prirent leur place. Distantes de 300m et 800m de la côte, elles couronnent des fûts de 62 m de hauteur et de 3,50m de diamètre, ancrés, par 8 m de profondeur, dans la roche du fond de mer. La base est un massif de béton de 3,50 m de diamètre. Le même entrepreneur avait déjà érigé, en février ’98, le parc offshore de Bockstigen, en mer Baltique, face à la côte de l’île suédoise Gotland où tournent 5 moulins de 500 kW sur fûts de 2,lm de diamètre. Cet entrepreneur vient d’entamer le parc offshore devant l’île d’Oland (Suède).

LELY

C’est le nom d’un parc offshore bien plus ancien qui tourne depuis juin 1994 dans l’Ijsselmeer. Ici ce sont 4 moulins Nedwind, bipales, de 500kW, espacés de 200m, à 2,6 km de Medemblik. La hauteur d’axe est de 40 m et le rotor, de 40 m de diam. tourne à 32,2 tours/minute. La hauteur d’eau varie de 5 à 10 m. Les fûts, de diamètre 3,7m ont une épaisseur de 35 mm. Des mesures spéciales ont été prises pour les tensions dues à la glace (l’Ijsselmeer est constitué d’eau douce) et les collisions de navires. Chaque base de fut est entourée d’une structure en acier se déformant sous le choc. LELY vend son kWh à 2,89 francs belges. Ce type d’éoliennes, dont le rotor (partie tournante de la génératrice de courant) tourne à la même vitesse que les pales, éliminant ainsi le multiplicateur de vitesse, trouve de plus en plus d’adeptes. C’est Enercon, qui l’inventa en 1992. Signalons qu’en automne, on va installer, près de la ville allemande de Magdeburg, un prototype de 4 à 4,5 MW, de 112 m de diamètre. Jeumont Industrie, dans cette liste, est, avec Vergnet, le seul producteur d’éoliennes en France. Ce pays, qui a tout misé sur le nucléaire, doit, malgré toutes ses capacités techniques (nous tairons le « fameux » « Charles- de-Gaulle » nucléaire), faire appel à l’étranger pour installer des éoliennes plus efficaces, moins coûteuses, moins polluantes, plus rapides à installer (3 jours), et ne produisant AUCUN déchet que ses centrales nucléaires si menaçantes.

Mongolie : un pays précurseur ?

C’est sans doute le pays qui a le plus développé l’éolien ! 13’000 éoliennes de petites tailles fournissent l’électricité à 500’000 personnes, soit un quart de la population ; c’est mieux que le Danemark !

France

La Provence (13/2/01) signale un projet de parc éolien en ligne, fort de 20 moulins, le long du petit Rhône, devant les salins de Caban et du Relai, près de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), en les terres de la Crau. Elles seront de construction danoise et devraient tourner en 2002. Il y a urgence car la France veut implanter 5.000 éoliennes d’ici l’an 2010.

Norvège

L’une des plus grandes « fermes » éoliennes jamais construites va être installée en Norvège. Elle sera implantée dans la région de Nordmoere et comprendra 71 éoliennes géantes. La construction qui doit commencer cet été sera achevée en 2006. La société nationale de production électrique Statkraft va construire deux autres fermes du même type, l’une de 35 éoliennes, l’autre de 28. ces installations produiront 800GWh dont 440 pour la plus importante.

Alter Eco :

L’éolien a tenu en 2000 son rang de 1ère énergie renouvelable en terme de croissance. La puissance installée dans le monde est passée de 13’600 à 16’600 MW (+22%). L’Europe est le principal moteur de cette progression avec plus de 2’500 MW supplémentaires en 2000 et une capacité totale de 12’000 MW, soit 72% du parc mondial. L’Allemagne, le Danemark et l’Espagne sont les plus en pointe. la France n’est toujours qu’à la 11ème place européenne, derrière la Grèce, le Portugal et l’Irlande, avec une puissance 8 fois inférieure à celle de l’Allemagne.

Offshore

Venant s’ajouter aux 20 éoliennes devant le port de Copenhague deux nouvelles fermes d’éoliennes en mer sont en cours d’installation aux côtes du Danemark. L’une en mer du nord à Horn Reefs, et l’autre à la côte est de Rodsand, ce par les compagnies Elsam et SEAS respectivement. Elles devront tourner en 2002 et seront les plus importantes du monde avec 80 éoliennes. Ainsi le Danemark atteindra, en 2030 quelque 5.500 MW d’éolien, soit 50% le la consommation d’électricité du pays (Renewable Energy World, nov-décembre 01, p.9)

USA

Le plus grand parc éolien du monde démarrera fin 2001 : 450 éoliennes (300MW) tourneront à la frontière entre l’Orégon et l’état de Washington ; le premier montage débutera en avril.

Divers

Les plans visant à augmenter le nombre d’éoliennes dans un parc proche de Stroud (Gloucestershire) ont été accueillis avec enthousiasme par les résidents locaux. Plus de 80% ont voté pour le projet de Next Generation de développer le site, en production depuis 1996. Quatre nouvelles turbines alimenteront 2.000 foyers voisins. L’association Energie 2030, qui fit ériger l’éolienne de Saint Vith, ayant produit l’an dernier 920.000 kWh (sans déchets ni radioactivité !) installera cette année encore 2 moulins de 1,8 MW dans le parc EurowWind-Park d’Aachen. Le courant produit sera acheté par le réseau aixois à 3,67 FB/kWh. Energie 2030 édite le trimestriel WINDBLATT 40 (en français et allemand). Mégaprojet que cette triple éolienne de 6 MW, haute de 175 mètres (moins haute cependant que certaines tours de refroidissement nucléaires, et bien moins visible) que l’on projette d’installer en mer. (Illustration de Windnieuws, décembre 01) Le groupe parlementaire britannique des énergies renouvelables et durables (PRASEG) a visité le parc éolien offshore de Middelgrunden à Copenhagen (les 20 éoliennes citées ci-dessus). La Grande-Bretagne n’a que 350 MW de sa consommation électrique totale (soit 1%) qui provient de sources renouvelables. Le Danemark, lui, en tire 10%. Le PRASEG est aussi motivé par les économies réalisées au Danemark et par le nombre d’emplois créé dans le seul domaine éolien.

Le plus grand complexe éolien du Japon

La troisième tranche du complexe éolien de Tomamae (Hokkaido) est entrée en fonctionnement le 1er décembre dernier. Elle consiste en une série de 19 éoliennes de fabrication danoise et allemande, produisant 30,6 kiloWatts, et financées par la ville de Tomamae, et Dengen Kaihatsu (Electric Power Develoment Co.) notamment, pour un montant total de 6,5 milliards de yens (environ 65 millions d’euros). La totalité de l’énergie, produite et exploitée par la société « Dream up Tomamae », est vendue à Hokkaido Electric Power Co. Cette troisième tranche porte à 52800 kiloWatts la production totale d’énergie éolienne par la ville, ce qui correspond à la consommation d’environ 38500 ménages, soit 22 fois le nombre de familles installées dans la ville, qui espère ainsi dégager un bénéfice de 300 millions de yens par an (env. 3 millions d’euros). Le Japon produit ainsi environ 100000 kiloWatts d’énergie éolienne, a comparer aux Etats Unis (2,4 millions kW, a l’Allemagne (2,87 millions kW) et au Danemark (1,42 millions de kW). (Source : Nikkei 02/12/2000 ; Asahi Evening News 24/11/2000) (Tiré de TamTam et SolarClub/cern)

Suisse

En deux ans, notre pays veut multiplier l’électricité produite par l’éolien par 10. C’est, actuellement, 2,8 MW produits par les 4 éoliennes du Mont Crossin. La compagnie propriétaire Juvent, fondée en 1995, veut y ajouter deux moulins de 850 kW pour atteindre ainsi 6 MW. Quatre autres sites d’implantation sont prévus : Sainte Croix et Vue des Alpes (Jura) où des fermes de 6 à 8 moulins sont en installation, ainsi qu à Enflebuch et le sommet du Guetsch (Alpes), qui domine Andermatt, où un moulin de 850 kW sera installé, cela à une altitude de 2.332 m. Un record !

Allemagne

Ce sont, au 31/12/00, pas moins de 9.375 (grosses) éoliennes qui livrèrent, dans l’année, 11,5 TWh d’électricité, soit 2,5% des besoins du pays. Ces 6.000 MW de puissance éolienne font de l’Allemagne un champion, bien devant les USA (2.500 MW) l’Espagne (2.100MW) ou le Danemark (2.000MW) En parts de marché, la marque Enercon s’adjuge 27,4 %, Enron Windl4,9 %, Vestas l3,2% et AN 11,1 %. Le nombre d’employés dans l’éolien est de +- 30.000 éolien allemand Fin 2000, ce sont 9.375 éoliennes qui fonctionnaient en Allemagne. Rien qu’en 2000, 1.496 se sont mises à tourner, d’une puissance totale de 1.668 MW, soit une moyenne de 1,11 MW par moulin. La plus puissante, en activité, fait 2,5 MW. Voici la répartition, en parts de marché, des firmes dont les éoliennes ont été installées : Enercon 27,4%. Enron 14.9%. Vestas Deutschland 13,2%. AN Windenergie 11,1%. NEG Micon 10.9%. Borsig Energy 8,8% puis, dans l’ordre, DeWind, Jacobs Energie, Fuhrländer, etc. A noter que le parc éolien de la ville d’Aachen possède une 1,8 MW amenant son total à 6,9 MW.

Le plus puissant moulin a vent du monde

Les plus puissantes éoliennes du monde sont entrées en service le lundi de Pentecôte à Mahlberg en Baden-Wuerttemberg. Les deux installations d’une hauteur de 120 mètres, comportant un rotor d’un diamètre de 80 mètres, peuvent délivrer une puissance d’environ 2,5 mégawatts. L’énergie annuelle delivrée est estimée à 5,8 millions de kilowattheures.

Sources : dp

Redacteur : philippe Coution


Brèves solaires

Kawasaki ne fait pas que des motos. Un an après avoir acquis 9,3% des parts d Evergreen Solar (USA) il vient d’installer une pyramide de 85 kW de cellules solaires PV sur le toit du World Trade Center de Tokyo. Quelques 1.412 panneaux de 60 Watt forment une pyramide de 40 x 24 m de base, haute de 11,3 m. L’apex de la pyramide est légèrement décentré vers le nord, augmentant ainsi la surface orientée au sud. L’usine Kawasaki est déjà couverte depuis 1998 de 4,5 kW des mêmes panneaux de 60 Watt (Photon).

Japon : Le METI lance la recherche sur des centrales électriques dans l’espace Le METI (Ministry of Economy, Trade and Industry), compte investir a partir de l’année fiscale 2001 (avril 2001-mars 2002) dans des satellites qui seraient a même d’envoyer de l’énergie sur la terre. Un satellite capable de générer 1 GW à partir de l’énergie solaire est prévu pour 2040 environ. Il s’agirait d’un satellite équipe de 2 panneaux solaires. Il serait assemblé en orbite géostationnaire (36000 km d’altitude). Chaque panneau solaire devrait mesurer 1x3 km. La transmission du courant vers la terre se ferait au moyen de micro-ondes émises par une antenne de 1km de diamètre (NDLR : et qui c’est qui va cuire comme des poulets ?! Nous ? Les oiseaux ?) . Les récepteurs seraient placés dans les déserts, ou sur l’océan.Le satellite devrait peser 20000 tonnes, et sa fabrication coûter environ 2000 milliards de Yens (20 milliards d’Euros). Le prix de production de l’électricité serait alors de l’ordre de 23 Yens par kWh (0,2 Euros). Cela est actuellement plus cher que énergie thermique ou nucléaire, mais le METI pense que les prix vont chuter avec le développement de la technologie. En 1979, la NASA pensait déjà a un projet similaire. Beaucoup de scientifiques croient que la génération d’électricité dans l’espace permettrait de s’affranchir des problèmes de pollutions par le CO2. Le METI espère que les technologies développées pour ce projet profiteront à d’autres domaines, comme les semi-conducteurs pour les batteries. (Source : Nihon Keizai Shimbun du 09/01/2001) Pour vos questions, contactez julien.thomas@diplomatie.gouv.fr

Sanyo

Attention. Le 7 nov. dernier, le ministère japonais de l’industrie a manifesté l’intention de porter plainte contre la Sanyo Solar Industries de Californie, pour falsification de marquage. Plus de 5.000 sur les 23.500 modules photovoltaïques cristallins construits entre novembre ’96 et mars ’98 ne pouvaient délivrer la puissance indiquée sur l’étiquette. Idem pour 1.800 panneaux envoyés ultérieurement au Japon ((Renewable Energy World, nov-décembre 01, p.9). p.10). Un rapport de l’Allied Business Intelligence (USA) indique que l’industrie du photovoltaïque est parvenue, par sa production en masse, à baisser considérablement ses prix. 800 MW seront produits d’ici 2005. Les polycristallins, le silicium amorphe, les tellures de cadmium et le disélénide cuivre-indium (gallium) combattent de plus en plus le monocristallin.

Photovoltaïque mondial

Voici les accroissements en % des installations totales, de 1992 à 1999 : France, de 1,6 à 1,8 %. - Allemagne, de 5,1 à 13,5 %. - Pays-Bas, 1,2 à 1,8 %. - USA (décroissance) de 39,6 à 22,7 %. - Japon, de 17,3 à 39,8 %. Plus du double ! Et voici, en kW, le photovoltaïque installé, en 1999, en divers pays. Chiffres révélateurs. Autriche 3,67 kW. Suisse 13,4. France 9,12. Allemagne 69,50. Espagne 9,08. Italie 18,48. Pays-Bas 9,20. Grande-Bretagne 1,13. Japon 205,30. Australie 25,32 et USA 117,30

Allemagne

Voici les derniers chiffres du programme « 100.000 toits solaires photovoltaïques » lancé le 1/1/1999. On est loin du compte, mais au 31 déc. dernier, quelque 12.447 étaient opérationnels.

Abribus solaires

Les enfants de Liffré n’attendront plus le car de ramassage scolaire dans le noir. Soucieuse de trouver une solution pour éclairer les abribus, la commune a demandé à... Total Energie d’y installer des panneaux solaires ; une alternative à l’extension, coûteuse, des lignes électriques. EDF et d’ADEME ont financé 50% de l’opération dont le coût s’élevait à 200’000F. Un éclairage de veille est déclenché par une horloge en fonction des heures de passage et la lumière s’allume quand le système détecte une présence. La consommation d’énergie est ainsi réduite au maximum. Mais le texte se termine par une remarque... malencontreuse : « Encore quelques panneaux et les enfants auront même le chauffage ! » : bonjour le rendement total de conversion !!!

Brèves tirées des excellents sites TamTam et SolarClub/cern

Adresses :

http://cern.web.cern/cern/CERN/club...

http://cern.web.cern/cern/CERN/club...

Le solaire thermique décolle

L’utilisation de chauffe-eau solaires décolle en Europe. Depuis 1993, les surfaces de capteurs ont augmenté au rythme de 15% par an. L’Allemagne, où cette croissance atteint 30% par an, possède le parc le plus important, avec 2,6 millions de m, devant la Grèce et l’Autriche. L’Allemagne possède la première industrie solaire thermique d’Europe avec 7 des 16 principaux constructeurs. Et déjà 7’000 emplois directs, contre seulement 120 en France ! Les pouvoirs publics d’Outre-Rhin ont mis en oeuvre un programme ambitieux qui vise 55 millions de m2 installés dès 2010. Le programme français fait pâle figure en comparaison, avec un objectif de seulement 1,4 millions en 2010, soit la moitié du parc grec actuel ! (Tam-Tam n. 333)

Chauffe-eau solaire aux USA

Si, en 1984, grâce au soutien gouvernemental, le nombre de fabricants était de 225, ils n’étaient plus, après l’arrêt de ce soutien, en 1986, que 32 en 1998. La surface de capteurs produite est passée de 1.525.000 m2 à 702.000m2 en ces mêmes années. En 1998 l’on estimait à1,2 millions le nombre d’installations en service. Minicentrale solaire Imaginez un parapluie retourné dont le manche est dirigé droit vers le soleil. Appliquez une surface argentée à l’intérieur du tissu et bientôt une partie du manche sera calcinée. C’est le FOYER où se concentre toute l’énergie solaire captée par ce miroir parabolique de 0,78 m2. L’Université de Canberra (Australie) a fait mieux et... en plus grand. Le parapluie, ici, constitué de 54 miroirs triangulaires, a 22,74 m de diamètre et une surface de 400 m2. Le « manche de ce bidule » porte au foyer - à 13,1 m du centre- une chaudière délivrant 432 kg de vapeur par heure à 460oC, sous une pression de 4,2 MPa. (9,8 kg/cm2). Une machine à vapeur à 4 cylindres entraîne un alternateur asynchrone de 65 kW. Ce miroir, dont le suivi exact du soleil est régi par ordinateur et vérins hydrauliques, pèse au total 16,8 tonnes. Le prix du kWh se situe entre 3,52 et 5,28 FB mais le rendement (rapport entre l’énergie théorique produite par le soleil et l’énergie électrique générée par ce « Solar Concentrator », de 11,4 % aujourd’hui, pourrait passer à 14,7 % a l’aide de miroirs plus performants. (Caddet Renewable Energy Newsletter, mars 2000 p. 22).

 
Articles de cette rubrique
  1. No 89, février 2008
    28 février 2008

  2. No 87, octobre 2007
    23 octobre 2007

  3. No 85, avril 2007
    14 octobre 2007

  4. No 81, avril 2006
    1er octobre 2007

  5. No 77, avril 2005
    1er octobre 2007

  6. No 75, octobre 2004
    1er octobre 2007

  7. No 71, octobre 2003
    1er octobre 2007

  8. No 68, décembre 2002
    1er octobre 2007

  9. No 62, février 2002
    1er octobre 2007

  10. No 60, septembre 2001
    1er octobre 2007

  11. No 59, juin 2001
    1er octobre 2007

  12. No 52, avril 2000
    1er octobre 2007

  13. No 51, janvier 2000
    28 septembre 2007

  14. No 48, septembre 1998
    28 septembre 2007