association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteActualités
Dernière mise à jour :
lundi 24 juillet 2017
Statistiques éditoriales :
435 Articles
2 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
357 aujourd'hui
1250 hier
889939 depuis le début
   
Chaïm Nissim
Publié le jeudi 13 avril 2017

Hommage

Le Courrier de Genève, mercredi 12 avril 2017, Philippe Bach

Figure de la lutte antinucléaire, Chaïm Nissim s’en est allé

Atteint dans sa santé, l’ancien député et infatigable militant écologiste a choisi l’heure de son départ.

La triste nouvelle a été diffusée mardi soir sur les réseaux sociaux. Elle a été confirmée par Noé 21, l’association qu’il avait fondée : Chaïm Nissim est décédé. Ou plutôt, atteint dans sa santé -une maladie de Parkinson qui l’handicapait-, il a choisi l’heure de son départ.

C’est un personnage hors-norme qui nous quitte. Précurseur de la lutte anti-nucléaire, député certes parfois fantasque mais aussi reconnu pour ses compétences techniques dans le domaine de l’énergie, activiste climatique, il aura beaucoup milité.

L’homme au bazooka

Chaïm Nissim, c’est bien sûr le militant au bazooka qui tirait en 1982 des roquettes sur Superphénix, le surgénérateur de Creys-Malville. Ceci après avoir dynamité des pylônes. Il s’en était ouvert dans un livre1, publié en 2003 en pleine campagne électorale. Son parti -les Verts- avait tiqué sur ce timing délicat.

Il avait été suspendu par ses pairs. Puis réintégré. On ne pouvait jamais en vouloir longtemps à Chaïm. Ce dernier bénéficiait de ce qu’en allemand on appelle NarenFreiheit, la liberté de parole et de pensée du fou. Il pouvait dire les pires horreurs, court-circuiter une action collective en étant trop bavard, tout lui était pardonné.

Pacifiste convaincu

Sans doute une reconnaissance de la sincérité du bonhomme. Et de sa candeur. Lui qui signait ses lettres de son prénom et d’une petite fleur. Il aimait à raconter comment, croyant travailler sur le développement du solaire en Israël, il s’était retrouvé impliqué dans le projet de guerre des étoiles. Lui, le pacifiste convaincu...

Adepte de l’action civile non violente, il avait aussi participé au collectif du Ramoneur. Des militants qui défonçaient la porte d’études d’avocats servant de faux nez au trafic d’armes. Les documents dérobés étaient compilés dans une petite revue éponyme. Et envoyée aux journaux2.

Chaïm était le fondateur de Noé 21, une ONG spécialisée dans l’étude et la recherche de solutions permettant de sortir de l’impasse climatique. Par exemple en dénonçant les effets pervers des crédits carbone.

Un ami du Courrier

Enfin, Le Courrier lui doit son passage à l’informatique. C’est un ami fidèle qui nous quitte. Nous n’aurons plus le plaisir de manger un plat du jour avec lui, un peu crispé sachant qu’il ne tarderait pas à lancer une question incongrue à la table d’à côté ou à tomber amoureux de la serveuse.

Un peu de la peine de ses proches est aussi la nôtre. Il manquera à beaucoup de monde.