association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesCERN
Dernière mise à jour :
dimanche 22 avril 2018
Statistiques éditoriales :
445 Articles
3 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1200 aujourd'hui
1251 hier
1257066 depuis le début
   
Articles par thèmes :
CERN
Journal par No :
No 52, avril 2000
Auteurs :
Paul Bonny
No 52, avril 2000
Publié le vendredi 28 septembre 2007

Paul Bonny :


Sous-traitant du CERN condamné

Un nouvel épisode vient s’ajouter au long et douloureux combat mené par Pierre Allemann contre son ancien employeur, Métareg, une entreprise de travail temporaire sous contrat avec le CERN.

Certes, la nouvelle est réjouissante en ce sens que la Cour d’appel de Lyon confirme le bien-fondé de la démarche de Pierre Allemann. Une démarche que ContrAtom a soutenue activement depuis plus de quatre ans (voir nos éditions no 36, 38, 39, 41, 43, 44 et 48).

Mais l’optimisme n’est malheureusement pas d’actualité chez Pierre Allemann. Parce qu’aux dernières nouvelles, Métareg - qui exploite toutes les possibilités de faire traîner l’affaire - a décidé de se pourvoir en cassation. Ce qui signifie qu’on est reparti pour une procédure dont la durée est imprévisible.

La manœuvre de Métareg n’ayant fort heureusement pas d’effet suspensif, il s’agit maintenant, pour les experts, d’évaluer le préjudice subi par l’ex-travailleur du CERN.

Par ailleurs, Métareg vient de dénoncer l’accord conclu avec P. Allemann selon lequel ce dernier s’engageait à ne plus manifester publiquement son différend avec son employeur en échange du paiement de son loyer par celui-ci.

Au plan social, P. Allemann endure depuis plusieurs années un véritable calvaire - ses anciens collègues le fuient comme un pestiféré, de crainte d’être vus en sa compagnie (« tu comprends, je tiens à mon boulot ! »).

Récemment, une réunion du syndicat CFDT se tenait au CERN pour élire un permanent. Lucile Hanouz - déléguée CFDT - avait souhaité que P. Allemann participe à cette réunion pour y évoquer le verdict de la cour d’appel de Lyon.

L’idée n’a pas plu au responsable CFDT pour le pays de Gex qui s’est empressé de dissuader l’intéressé en lui affirmant « Tu n’es plus le bienvenu au CERN ! »

Belle reconnaissance pour celui qui disait il y a tout juste quatre ans : Il faut oublier Pierre Allemann ! L’important, c’est que mon histoire permette d’épargner d’autres vies."

Paul Bonny

cf aussi La Tribune de Genève du 16.2.2000


Où donc est passé le regard critique du Courrier ?

A lire l’article de M. Olivier Norer (Le Courrier du 3 mars) on n’en croit pas ses yeux : « Frisson garanti à 100 m. sous terre ». Il racole le bon peuple, l’incite à aller bêler d’admiration devant « les derniers tours de piste du LEP », ce grandsupermachin dont on nous a vanté les mérites et les exploits durant une bonne douzaine d’années. Qui a coûté la peau... d’un nombre incalculable (pour moi) de fesses. Et qu’on envoie maintenant à la casse, pour le remplacer aussitôt par un autre hypergrandmachin - le LHC - qui, lui, coûte 2,6 milliards de nos francs. Mais attention, c’est un bon investissement puisque « c’est la première machine globale. » Ainsi, en une année, près de 500 chercheurs russes et autant d’américains sont venus expérimenter leur savoir dans ce temple de la physique. C’est Le Courrier qui le dit !!! Avant de nous fournir la marche à suivre pour descendre à 100 m sous terre avec un guide. Vaut le détour, insiste-t-il. Pourtant, c’est à « L’essentiel, autrement » que prétend Le Courrier. Alors, il est passé où l’essentiel ? L’essentiel serait de rechercher les vraies raisons qui poussent certains Etats à financer ces travaux pharaoniques. Version officielle -. comprendre enfin ce qui s’est passé trois millionièmes de seconde après le big bang. Vous y croyez, vous ?

L’essentiel serait de s’intéresser notamment aux conditions de travail des intérimaires chargés de démanteler le LEP. Des étrangers qui retourneront ensuite dans leur pays sans savoir quelle dose de radiations ils auront reçues...

L’essentiel serait de savoir comment les conclusions de la Commission d’enquête sur la construction du LHC (nommée le 12.11.97) sont appliquées, et notamment si une commission locale d’information, sur le modèle de celles mises en place au voisinage des centrales nucléaires françaises, a bien été créée ? Et si elle est transfrontalière ?

L’essentiel serait également d’informer les lecteurs du Courrier sur les travaux de la Commission Santé du Grand conseil genevois en charge de ce dossier depuis juin 1996, suite à notre pétition. Qu’en est-il des études que réclamait celle-ci ?

Bref, ce ne sont pas les points d’interrogation qui manquent.

Il serait temps que les contribuables et les riverains concernés disposent enfin et régulièrement d’informations crédibles sur ce qui se passe réellement au CERN. Aux niveaux qui intéressent tout le monde, l’environnement et la santé.

Paul Bonny

 
Articles de cette rubrique
  1. No 88, décembre 2007
    3 mars 2008

  2. No 87, octobre 2007
    23 octobre 2007

  3. No 80, décembre 2005
    28 septembre 2007

  4. No 77, avril 2005
    28 septembre 2007

  5. No 76, décembre 2004
    28 septembre 2007

  6. No 74, juin 2004
    28 septembre 2007

  7. No 72, décembre 2003
    28 septembre 2007

  8. No 62, février 2002
    28 septembre 2007

  9. No 55, décembre 2000
    28 septembre 2007

  10. No 52, avril 2000
    28 septembre 2007